Conflit psychanalyse - psychologie scientifique ?

EMDR, Training Autogène, TRAM, Hypnose, Relaxation, etc.

Conflit psychanalyse - psychologie scientifique ?

Messagepar pascal gautier » Mar 4 Oct 2005 15:05

Je viens de découvrir un lien intéressant vers un article du site québécois PsychoMédia :
Comprendre le conflit psychanalyse - psychologie scientifique qui déclenchera peut-être qqes commentaires passionnés...
Sophrologiquement votre,
Pascal Gautier, l'administrateur
forum@sophrologue.pro
Avatar de l’utilisateur
pascal gautier
Site Admin
 
Messages: 862
Inscrit le: Sam 26 Nov 2005 12:20
Localisation: Messac, 35, France

Déplacement de symptôme(s)

Messagepar pascal gautier » Lun 28 Août 2006 14:29

Source : revue de presse de David Servan-Schreiber sur son site www.guerir.fr


Au sujet d'une critique récurrente des thérapies brèves, notamment des thérapies comportementales et cognitives (TCC) :


1) « dire qu'il faut du temps pour que les choses changent, c'est un non-sens », écrit Jacques Roques --psychanalyste et thérapeute EMDR — « comme dans tous les domaines, pour obtenir une transformation, il faut et il suffit de faire exactement les actes qui conviennent. » : « le thérapeute ne doit en aucun cas être l'esclave d'un dogme, car souvent on se trompe de traumatisme, le problème essentiel n'ayant pas été traité ! ... pensez-vous qu'un élève qui approfondit son baccalauréat pendant trois années consécutives soit plus performant que celui qui l'obtient du premier coup, avec mention ? Peut-on même dire qu'il est plus sérieux, plus méritant ? Prosaïquement je dirais qu'il "rame" et sans doute qu'il désespère de tourner ainsi en rond. »

2) « Les réserves émises au début par les psychanalystes sur la possibilité de substitution de symptômes ("supprimez la phobie et le patient se couvrira d'eczéma") ou sur les rechutes systématiques ("tant que le problème de fond ne sera pas réglé, les symptômes reviendront ") n'ont jamais été confirmés par la moindre étude. ». Mais ici, les idées reçues ont la vie dure !!

« Contrairement à ces critiques, les résultats de l'INSERM montrent que la supériorité des TCC est maintenue pendant les mois et les années suivant la thérapie (pour certains troubles, la période de suivi dure jusqu'à 6 ans). De plus, aucune des 1000 études scientifiques examinées n'a constaté un déplacement, ou une substitution, des symptômes pour les TCC. »
A noter que justement, d’après cette longue étude de l’INSERM, ce fameux retour de symptômes, il s’en est davantage produit après des psychanalyses...

« Nul praticien informé et objectif ne peut encore affirmer aujourd’hui, par exemple, que le fameux « déplacement » des symptômes après réussite d’une TCC est vérifié dans les faits comme [les psychanalystes] l’affirment. »
(Dr Antoine Pelissolo, la Salpêtrière, Paris)

« Notons que ces retours de symptômes -minoritaires en TCC- peuvent concerner toutes les formes de psychothérapies, y compris la psychanalyse, puisque des recherches minutieuses ont montré que les patients 'historiques' de cette discipline [la psychanalyse], dont les cas sont depuis des lustres présentés comme des preuves par les psychanalystes, ont presque tous été des échecs thérapeutiques, avec une absence d'amélioration, ou des rechutes rapides, ou même des aggravations. » !
(Christophe André, psychiatre, auteur de "Psychologie de la peur", entre autres).

« Après un long parcours psychanalytique, j’ai abandonné cette approche dans ma pratique pour le plus grand bien de mes patients. Je vois tous les jours les dégâts, y compris chez des patients pris en charge par des psychanalystes ayant pignon sur rue et qui se targuent de détenir la vérité (le mythe du déplacement de symptôme, le travail en profondeur de la psychanalyse). La désinformation sur les autres pratiques prive nos concitoyens d’un soulagement de leurs troubles. Faisons évoluer les choses... ».
(Christian Zaczyk, psychiatre, thérapeute EMDR, auteur de «Comment avoir de bonnes relations avec les autres»). ].

Notez que pour moi les approches psychodynamiques (d'inspiration psychanalytique) ont par ailleurs un intérêt, pour d'autres objectifs que la psychothérapie (par ex. pour une meilleure connaissance de notre fonctionnement psychologique) ou pour certains troubles de la personnalité
Sophrologiquement votre,
Pascal Gautier, l'administrateur
forum@sophrologue.pro
Avatar de l’utilisateur
pascal gautier
Site Admin
 
Messages: 862
Inscrit le: Sam 26 Nov 2005 12:20
Localisation: Messac, 35, France


Retour vers Psychothérapies, thérapies corporelles

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron